douance.be asbl
Enfants, ados et adultes à haut potentiel (HP)
2057, Chaussée de Wavre (Forêt de Soignes - Autoroute E411)
1160 Bruxelles (Auderghem), Belgique

Recherche :
"douance.be : souvent (mal) imitée, jamais égalée ... "
Troubles associés
La dépression existentielle
L'inhibition intellectuelle
Troubles alimentaires (TCA)
Déficit d'attention avec/sans hyperactivité (TDA/H)
Opposition-provocation (TOP)
Dyslexie, etc.
Phobie scolaire
Bipolaire
Borderline - Etat limite
Spasmophilie

Enfants Indigo

Pourquoi "ne rien faire ..."


Pourquoi "ne rien faire tant qu'il n'y a pas de problème"
est une attitude hypocrite et irresponsable ...

Cela semble pourtant être la position adoptée par le "Réseau d'écoute et d'accompagnement des jeunes à haut potentiel" de la Communauté française ...
Courrier reçu ce 15 octobre 2008 de la Direction des Affaires juridiques et contentieuses de la Communauté française.
Page 1
/ Page 2 / Réponse de douance.be asbl
19 mai 2009 : La Communauté française déboutée !
Nous avons appris, par mail, courant avril 2008, le décès de Nicolas, jeune ado à haut potentiel français. Dans leur courrier, ses parents nous font part de l'importance, avec ces jeunes, de ne jamais baisser sa garde ... De toujours garder à l'esprit que, derrière les sourires et l'équilibre apparent que ces enfants semblent parfois trouver, se cachent souvent un profond mal-être et une souffrance parfois insurmontable.

Notre position au sein de l'asbl douance.be a toujours été celle-là : nous prônons l'identification la plus précoce possible de ces enfants et insistons sur l'importance de leur expliquer leur différence et de les accompagner dans la manière dont ils vivront leur particularité, sans dramatiser, mais en restant toujours attentif et vigilant.

Un enfant HP n'est pas un enfant "comme les autres" (même si, comme les autres, c'est un enfant). Il est et restera un enfant différent. Prétendre le contraire est aussi hypocrite et mensonger que de laisser croire à un enfant sourd qu'il pourrait soudainement devenir entendant, à un enfant noir de peau qu'il pourrait devenir blanc ou à un gaucher qu'il n'a qu'à devenir droitier, comme cela s'est fait pendant de nombreuses années!

Il ne s'agit pas de "revendiquer" de quelque manière que ce soit notre différence, mais simplement de faire connaître et accepter le mode de fonctionnement particulier des personnes à haut potentiel, afin que chaque enfant/ado/adulte concerné puisse, le plus sereinement possible, être reconnu pour ce qu'il est.

L'attitude « officielle » prônée par le "Réseau d'écoute et d'accompagnement des jeunes à haut potentiel" est, à nos yeux, une attitude irresponsable et dangereuse . En effet, sur le site dudit réseau de la Communauté française, on peut lire:

"Le jeune à haut(s) potentiel(s) peut ainsi éprouver, parfois très précocement, des difficultés manifestes sur le plan psychologique, relationnel, social. pouvant aboutir à une rupture totale avec l'école. Dans ce cas, le premier pas pour l'aider et essayer de répondre de manière adéquate à ses besoins est de reconnaître la nature du problème. C'est dans ce sens que l'identification du haut potentiel peut s'avérer utile. Elle permet, le cas échéant, de sensibiliser l'entourage éducatif aux spécificités de l'enfant, de porter sur lui un regard plus ouvert et de rechercher avec lui des solutions éducatives mieux adaptées à ses besoins. " [http://www.enseignement.be/index.php?page=25013]

Ces propos semblent suggérer que l'identification ne s'avère utile que lorsque l'enfant rencontre des difficultés et laissent entendre, selon nous, que pour le Réseau d'écoute et d'accompagnement des jeunes à haut potentiel, tant qu'il n'y a pas de problème apparent, il ne faut rien faire!

Pour nous, cette attitude est irresponsable à plus d'un titre :

1) Pourquoi attendre en prenant le risque d'une rupture totale avec l'école avant d'agir?

2) Les implications de la douance dépassent largement le cadre scolaire. Pourquoi limiter l'importance du test et de l'identification au domaine éducatif, alors qu'il s'agit d'une question de développement global de l'enfant, qui ne se gère pas uniquement par des "solutions éducatives adaptées", comme le laisse entendre le Réseau d'écoute et d'accompagnement des jeunes à haut potentiel.

3) Dans bien des cas (notamment chez les filles et les femmes), le jeune à haut potentiel arrive à se suradapter et à masquer ses souffrances à l'entourage. Ces jeunes-là, selon les propos retranscrits ci-dessus, ne seront donc jamais identifiés comme tels, jusqu'à ce que ...

Or, on peut lire également sur le site du réseau d'écoute que:

"Pour autant qu'on puisse le savoir, ceux qui ont reçu une éducation à leur rythme et qui ont bénéficié d'un environnement adapté, s'en « tirent » très bien et ont une vie que l'on pourrait qualifier de « normale », même s'ils n'ont jamais été remarqués . Dans d'autres cas, certains JHP (jeunes à hauts potentiels) non reconnus vont souffrir d'une image du Moi complètement fausse, qui les fera soit s'enfermer sur eux-mêmes, soit au contraire vivre une vie complètement instable, à la recherche permanente de ce qu'ils n'atteindront jamais. " [http://www.enseignement.be/index.php?page=25080&navi=2277]

Sachant que les jeunes qui se suradaptent et qui ne manifestent pas ouvertement leurs souffrances sont sans doute ceux qui sont le plus en danger, laisser entendre qu'il n'y a pas lieu d'identifier préventivement les jeunes à haut potentiel tend à s'apparenter à de la non assistance à personnes en danger.

Si, peut-être, certains s'en tirent sans avoir été identifiés, s'appuyer sur une hypothèse aussi incertaine est un dangereux pari sur l'avenir pour des milliers d'enfants !

Proclamer que "pour autant qu'on puisse le savoir" -ce qui peut vouloir dire tout et son contraire à la fois-, certains adultes s'en tirent très bien, même sans jamais avoir été identifiés, est pour nous une attitude irresponsable qui, si elle n'est pas juste hypocrite, témoigne de la méconnaissance profonde du sujet .

Par contre, nous sommes effectivement convaincus que lorsqu'un jeune a été identifié le plus tôt possible, que ses besoins particuliers (surtout sur le plan psycho-affectif et, éventuellement aussi, éducatif) ont été pris en compte et qu'il a pu grandir avec une bonne connaissance de lui-même et des autres, il peut devenir un adulte heureux et épanoui.

Surdité, campagne de vaccination, dépistage du cancer, soins dentaires.
"Mieux vaut prévenir que guérir.", dit-on, de sources officielles.

Pourquoi, dans le cas de la douance, les choses seraient-elles différentes, alors que, chaque jour, des enfants continuent à souffrir de leur différence ?


Reçu ce 25 avril 2008 par mail :

Bonjour Mesdames, Messieurs,

Nous avons eu un très grand malheur.
Notre fils Nicolas 19 ans est décédé le 3 mars 2008.

Les jours nous dessinent douloureusement des faits ou des situations que nous aurions peut-être pu anticiper ... La pièce jointe aide à comprendre.
Si vous le souhaitez, nous vous laissons informer et/ou transmettre ce courrier et/ou la pièce chaque fois que vous le jugerez utile.

Nicolas a été merveilleusement particulier dés tout petit. Mais après des problèmes de " comportement " plus accentués à 9 ans, nous avons consulté médicalement. Nous apprenons que son quotient intellectuel est supérieur à 140. Nous sommes toujours restés vigilants, du fait de cette précocité et de l'hyper sensibilité qui l'accompagne, nous avons dû nous instruire sur le sujet puisque nous ne savions même pas ce que c'était ( spécialistes, associations, conférences, écoles ...). Mais un vrai parcours de combattant pour nous, afin qu'il garde un équilibre avec cette différence qui ne devrait pas être un handicap ...

Nicolas est vraiment un garçon extraordinaire, il n'était même pas dans les 6-7 % des enfants précoces, mais dans les 3/1000, ....
Vous qui connaissez leurs fonctionnements, les sites et forums internet, la compréhension est facile, mais l'intégration et l'acceptation restent extrêmement difficiles.
Nous nous retrouvons à l'époque où les sourds étaient considérés comme " débiles " jusqu'au jour où l'on a compris qu'ils leurs faudraient des écoles et une langue adaptées ! un comble pour ces EIP quand on sait que juste au niveau du cursus scolaire, ils pourraient le faire en 2 fois moins de temps, alors qu'ils sont la majorité en grave échec scolaire, moral et psychologique. Des faits qui les entrainent fréquemment vers l'irréparable.

Souvent sous leur sourire et leur joie de vivre se cache du désespoir et peut-être un grand dépressif.

Pourtant ces enfants nous " grandissent ", ils nous démasquent aussi dans nos failles, des faits délicats à gérer au quotidien mais elles nous rappellent aussi les vraies valeurs, celles qui disparaissent de notre société.

Ils nous semblent important de vous écrire les détails suivants, car ils nous ont fait baisser notre vigilance.

Nous avons inspecté son ordinateur, ses cours et devoirs, ses jeux en réseaux, ses mails, son téléphone ...où tout est raisonnable. Mais les quelques autres courriers et écrits ... nous précisent la triste réalité d'être passés à côté d'un état dépressif, cela nous anéantit. Car nous savions depuis 10 ans qu'il fallait être vigilant et malgré ça nous avons échoués. En fait tout est devenu trop " normal " .... En l'IUT-GMP comme il le désirait, bon élève malgré sa déception sur le fonctionnement et le respect à l'université. Il était détendu, très proche de ses 2 soeurs, en famille avec des projets et leurs réalisations. Il s'était inscrit sur une liste électorale où il avait été apprécié et où il voulait s'investir ...

Nous étions heureux, notre vigilance a baissé, puis j'ai commencé à me dire « est-ce qu'il ne nous cache pas quelque chose, a t-il trouvé un équilibre...  ? ".
Nous avons essayé de comprendre, mais pas assez vite ...
Nous sommes dans une douleur de penser et que nous pensons toujours, que le geste est terrible, mais que pour en arriver là, il avait dû avoir tout une partie de lui dans une souffrance que personne n'a vu, et ça c'est terrifiant.
Ne sommes-nous pas fautifs de nous être laissés emporter égoïstement dans un quotidien et son rythme soutenu depuis quelques mois ?
En nous satisfaisant du sourire de Nicolas ?
De ne pas avoir pensé à aller au moins sur internet pour continuer à comprendre et à être vigilants sur la précocité ? etc ...

Il nous manque terriblement, nous sommes bien entourés, mais ...
Nous restons pour la première fois de notre vie sans énergie et dans une détresse incontrôlable, avec une absence inconcevable.

En souhaitant participer à cette reconnaissance de la différence et aux moyens que cela demande.
En espérant que notre témoignage puisse servir à d'autres enfants précoces.
En expliquant aux parents les signes qui peuvent alerter et qu'il ne faut pas relâcher la vigilance.
En gardant un contact médical qui doit être capable de parler du suicide, jamais personne ne nous en a parlé, et sûrement des tas d'autres conseils selon l'enfant et son entourage.

Soyez assurés, Mesdames, Messieurs, de notre parfaite considération.

Les parents

Pièce jointe : comprendre

Pour pouvoir agir, il faut d'abord s'informer :

Soirée d'info à Bruxelles

Soirée d'info à Liège
[top]
Renouvelez votre cotisation pour 2017 !!
N° compte Belfius :
IBAN BE98 0688 9021 4493
BIC
GKCCBEBB

Par où commencer ?
Accès membres
Forum douance.be

Agenda
Plan d'accès
Newsletter/Facebook
Contact

Soirées d'info à Bruxelles et Liège
Conférences
"Scolarité obligatoire"
"Parcours professionnel"

Activités du dimanche :
Dimanches Kangourou
2016-2017
Stage Motivation/Méthode de travail pour ados du secondaire
Ateliers Adultes : Vendredi soir chaque semaine !!

"douance.be : souvent (mal) imitée, jamais égalée ... "

Copyright © 2003-2017 douance.be asbl - Thierry Biren - 11 décembre 2017