douance.be asbl
Enfants, ados et adultes à haut potentiel (HP)
2057, Chaussée de Wavre (Forêt de Soignes - Autoroute E411)
1160 Bruxelles (Auderghem), Belgique

Recherche :
"douance.be : souvent (mal) imitée, jamais égalée ... "
Surdoué ?
Identification
Douance et talent
L'intelligence
Jeanne Siaud-Facchin
Mauvais diagnostic
Accompagnement
Par où commencer ?

Historique
Forum - Listes
Dans les medias
Lexique

Identification du "haut potentiel"

Comment fait-on pour le reconnaître ?

La meilleure méthode est l'évaluation qualitative, posé par un spécialiste capable de reconnaître un haut potentiel. Il repose sur l'observation du mode de pensée et des caractéristiques évoqués plus haut, c'est-à-dire non pas de traits de caractère en particulier, mais plutôt de l'intensité avec laquelle ils sont présents : les HP présentent les mêmes qualités et défauts que monsieur et madame tout-le-monde, mais exacerbés. On dit qu'ils sont "comme tout le monde, mais plus", "plus tout", "trop tout" !!

- Trop éveillés, trop curieux, mais aussi trop indifférents, voire apathiques, quand le sujet est sans intérêt ...
- Trop sensibles, mais aussi trop froids, parce qu'ils veulent se protéger ...
- Trop exigeants, trop impatients, mais aussi trop indulgents, trop naïfs ...
- Trop anxieux, angoissés, paranos, mais aussi trop cool, trop confiants ...
- Trop bons en classe, mais parfois aussi trop mauvais ...
- Trop rapides parce qu'ils captent plus vite, mais aussi trop lents parfois, parce qu'il sont perfectionnistes ...
- Trop agités, catalogués un peu vite "hyperactifs", parce que très énergiques, mais aussi trop calmes, quand ils fixent leur attention sur un sujet qui les intéresse ...
- Trop généreux, mais aussi trop radins,

Cette intensité s'explique par les hyperstimulabilités de Dabrowski. Plus que de "surdoué", on devrait parler de "surstimulé" : comme les autres, ... mais plus.

L'évaluation qualitative en tant que méthode d'identification se heurte à une évidence : la méconnaissance du phénomène parmi les professions concernées est à l'origine d'un manque criant de spécialistes. Médecins, psychiatres et psychologues ignorent souvent tout de cette particularité et sont plus prompts à diagnostiquer des "troubles" qu'une "autre forme de normalité" (voir troubles réels ou supposés).

Le test de QI ne devrait être utilisé que pour :

- Confirmer le diagnostic clinique pour ceux qui en ont besoin (besoin d'une "preuve" quantitative, ... que certains n'obtiendront jamais, s'ils sont "dys-" par exemple).
- Fournir cette même "preuve" aux enseignants ou directions d'école, pour qui le quotient intellectuel reste souvent le seul critère indiscutable; utile donc, parfois, pour négocier, si nécessaire, un saut de classe ou quand votre enfant est qualifié de "débile" ...
- Participer à la restauration de l'image de soi ("je pensais être bête ... et, d'ailleurs, on me l'a dit maintes fois !")

Malheureusement, l'ignorance susmentionnée des professionnels consultés conduit souvent à ne s'en remettre qu'à ce seul test pour établir, une fois pour toutes, la condition de haut potentiel ou non, avec les mauvais diagnostics et les conséquences qui en découlent :

- Le seuil habituellement retenu est de 130, même si plus personne ne sait pourquoi ... (demandez à votre psy). Donc, à 129, c'est non.
- 130, c'est 2,1% de la population, donc, c'est rare; dans la réalité, ça l'est beaucoup moins (10% ?), on en voit partout.
- un enfant (ou un adulte) peut parfaitement "sous-performer" au test, parce que le stress l'empêche d'exprimer tout son potentiel, qu'il n'aime pas la tête du psy ou que la passation l'ennuie et qu'il "bazarde" le test. Le danger est alors d'être provisoirement ou définitivement classé "non HP" et de chercher ailleurs les causes d'un perpétuel décalage (DSM-IV ?)

Il est donc de la plus haute importance de s'adresser à un vrai spécialiste (même si cela signifie "faire des kilomètres") :

1) Pas nécessairement psy, ils n'y connaissent généralement rien (ce sujet tabou n'est généralement pas abordé dans leur cursus)

2) N'allez jamais chez "le psy du coin de la rue", c'est la cata assurée.

Ce n'est donc pas connaître son QI qui est important, c'est avoir la confirmation qu'on fonctionne différemment, apprendre en quoi ça consiste, apprendre le fonctionnement des individus dans la norme ("normopensants", cf. Siaud-Facchin), comprendre pourquoi ça ne colle pas toujours et comment ça peut éventuellement coller.
La douance et le talent
[top]
Renouvelez votre cotisation pour 2017 !!
N° compte Belfius :
IBAN BE98 0688 9021 4493
BIC
GKCCBEBB

Par où commencer ?
Accès membres
Forum douance.be

Agenda
Plan d'accès
Newsletter/Facebook
Contact

Soirées d'info à Bruxelles et Liège
Conférences
"Scolarité obligatoire"
"Parcours professionnel"

Activités du dimanche :
Dimanches Kangourou
2016-2017
Stage Motivation/Méthode de travail pour ados du secondaire
Ateliers Adultes : Vendredi soir chaque semaine !!

"douance.be : souvent (mal) imitée, jamais égalée ... "

Copyright © 2003-2017 douance.be asbl - Thierry Biren - 11 décembre 2017